<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> Juin - Juillet 2005
juin - juillet 2005

(cliquez sur les mots en gras pour accéder aux photos ou aux liens)

ADA: Nous voilà de retour de voyage de noce et nous arrivons par un temps radieux et chaud, ce qui nous permet de découvrir sous un nouveau jour la fameuse île d'Ada, sur la rivière Sava. On se croirait au bord de la mer avec des plages (bien qu'il n'y ait pas de sable), des petits cafés, des aires de jeux avec terrains de basket, football, beachvolley, baseball,... Les roller sont un très bon moyen de traverser l'île et c'est ainsi qu'on a découvert la meilleure attraction d'Ada: du ski nautique et wakeboard tracté! En gros, ils ont installé des câbles au-dessus de l'eau en carré et une sorte de ski-lift fait ce petit parcours en tractant les skieurs... Le départ a l'air assez... secouant, mais après ça a plutôt l'air facile. Avis aux amateurs...

Le golf se trouve aussi sur Ada et il est un peu à l'image de la Serbie: sympathique, compliqué et... bruyant!!! Les badauds se promennent tout autours et dans le golf et ne se rendent absolument pas compte du danger d'une balle perdue. Les jardiniers téléphonent debout sur les greens sans se soucier que quelqu'un aimerait jouer, etc. Une bonne leçon de...ZEN!

L'été à Belgrade c'est aussi ses 35-40°C... Et en plein centre ville, ça ne rafraîchit pas beaucoup pendant la nuit. Nous comprenons maintenant pourquoi avant d'investir dans des meubles ou du matériel Hi-fi, les gens investissent dans des climatisations! La chaleur nous pousse à sortir de la ville pendant les week-ends. Nous avons profité d'une réunion professionnelle à Ljubljana (Slovénie) pour visiter cette charmante petite ville et de nous arrêter sur le retour à Zagreb (Croatie).

LJUBLJANA: Bien qu'étant la capitale de la Slovénie, Ljubljana est une toute petite ville (280'000 habitants). Sa place centrale, son marché, sa rivière, ses églises et son château lui procurent un charme incontestable. On y a trouvé un intéressant mélange de culture des pays de l'est avec des traces flagrantes de son passage dans l'ex Yougoslavie, et de modernisation influencée par sa récente adhésion à l'Europe. Aussi bien à Ljubljana que dans la campagne environnante, l'avance de la Slovénie sur la Serbie ou la Croatie au niveau infrastructures et tourisme est frappante. La campagne slovène ressemble fortement à certaines parties du Valais ou de l'Autriche. C'est en voyant la Slovénie qu'on réalise que la Serbie et la Croatie ont encore du chemin à faire avant leur rêve d'Europe...

Le trajet Ljubljana-Zagreb qui ne devait pas prendre plus d'une heure et demi, nous a en pris presque 4 heures car l'autoroute était rempli de voitures...suisses!!! Non, ce n'étaient pas des Suisses qui allaient en vacance en Serbie, mais des Serbes, Albanais et Turques qui rentraient pour l'été. Nous avons donc pu constater que les dires de l'ambassadeur Suisse en Serbie étaient assez justes: environ un tiers de la population Kosovare vit en Suisse! Il y avait donc dans ce bouchon une moitié de voitures avec des plaques AG, BS, ZH, SG, un tiers avec des plaques allemandes et les seuls Suisses dans tout ça étaient dans une voiture Serbe conduite par un Bulgare (le collègue de Laurent)!!!

ZAGREB: Zagreb est aussi très charmante. On y trouve bien plus de vieux monuments et bâtiments qu'à Belgrade. Nous étions par hasard là le week-end du festival international de folklore. On a pu donc voir plein de gens costumés se balader dans les rues de la ville. Le dimanche matin, nous avons même pris notre petit-déjeuner sur la place principale en regardant les danses folkloriques de la Turquie, du Pays Basque, de la Bulgarie et... de la Suisse. Les trois premiers pays nous ont présenté des spectacles d'environ 20-30min avec une dizaine de jeunes dansant sur de la musique traditionnelle, la Suisse a présenté un couple de "vieux" dansant d'une façon légèrement moins dynamique que les précédents... Ach, liebe Heimat!

Le retour à Belgrade se fit sans encombre, avec un petit arrêt au bord de l'autoroute pour l'estomac où nous avons pu déguster un délicieux "pljeskavica" (sorte de hamburger) amené par un serveur d'une serviabilité toute Serbe: il nous a bien fait comprendre que ça l'embêtait profondément d'être dérangé dans sa tranquilité... Dobrodošli u Srbiju (bienvenue en Serbie)!

Comment trouver un bon appareil photo numérique à bon prix à Belgrade? Tout d'abord, passer par les veza (relations), et donc trouver un collègue qui a un bon tuyau. On se retrouve alors à prendre rendez-vous avec un gars dans un café de Belgrade. Le café doit avoir une terrasse dans une rue où on peut se garer, car le matériel est stocké dans une vieille Zastava rouillée et le gars veut garder un oeil dessus, forcément le tas de féraille est remplis d'appareils photos! A Belgrade, il faut être un touriste pour acheter ce genre de matériel dans les magasins. Tous les Serbes trouvent un moyen de payer moins cher en passant par quelqu'un qui ne lui fera pas payer la taxe d'importation (30% ici).

TARA: Un autre week-end torride nous pousse à visiter les montagnes Serbes. A la frontière Bosniaque se trouve le magnifique parc national de Tara. Il nous faut un peu plus de trois heures de routes pour y arriver (il n'y a qu'une seule autoroute en Serbie qui relie la Croatie et Belgrade avec la Macédoine et la Grèce), mais le paysage vaut le détour. Le parc se situe entre 700 et 1200m et est limité au nord-est par la rivière Drina qui fait la frontière avec la Bosnie. Même si beaucoup de Belgradois (?!) y passent le week-end, ils se concentrent surtout dans des aires aménagées et au bord et sur la rivière. Dès que l'on s'éloigne un peu de ces endroits, c'est (enfin) le calme et la nature. On avait presque oublié la bonne odeur des sapins! Un barrage sur la rivière crée un très beau lac artificiel sur lequel se trouvent plein de petites maisonnettes flottantes envahie par des familles qui viennent se reposer ou pour beaucoup faire la fête. Malheureusement, les Serbes ne se sont pas vraiment encore mis à l'écologie et leurs déchets se retrouvent tout simplement... dans le lac!!!.

Un peu au sud de Tara se trouve une attraction touristique assez sympathique : le Šargan Osmica. C'est un vieux train avec une locomotive à vapeur (qui est souvent remplacée par une locomotive traditionnelle) qui reliait Belgrade avec Sarajevo. Un petit tronçon a été remis en fonction à la fin des années 90 par les villageois à des fins touristiques. Sa particularité est de relier deux villages distants de seulement 3,5km par un tronçon de 13,5km en forme de huit qui permet ainsi à un train normal de parcourir les 300m de dénivelé. Pour les cinéphiles avertis, ce paysage et la station de Golubici leur rappelleront certaines scènes de "La vie est un miracle" d'Emir Kusturica.

ZLATIBOR: Zlatibor se trouve un peu plus au sud dans un massif montagneux un peu moins élevé (1000m). C'est un peu un Verbier à la sauce Serbe. Contrairement à la tranquilité qu'on peu trouver sur Tara, Zlatibor est remplis de Serbes venus faire la fête. La piscine et les abords du lac artificiel sont bondés de monde, les dizaines de cafés du villages sont pleins et la vie nocturne rivalise probablement avec les coins les plus à la mode de Belgrade. Comme le dit un guide touristique: "Zlatibor est très plaisant, mais à moins que vous ne soyez un sociologue qui s'intéresse aux Serbes en train de s'amuser, il y a de meilleurs choix dans la région."